Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 11:25

Et oui, 9 sur 9 à Embrun sur le mythique Embrunman , dont Ichiro qui après l' Altriman en juillet récidive à Embrun ! Et 2 sur 2 sur l'ironman de Copenhague !... Carton plein pour les torcéens !... Bravo à vous tous !...

 

sur cette photo des embrunmen chez Denis le lendemain ( manque Raphael déja reparti )  20140816_191842---Copie-copie-1.jpg

 

Et pour commencer je l'espère une série de récits sur ces hommes de fer , voici un premier article sur le 1er embrunman de Thomas Dewaele :

 

"J-1 :
Matin : petite sortie de décrassage proposée par Francky : très sympa on se retrouve pour discuter et roulotter ensemble.
Notre fan club est également de la partie : JML, Jacky, Nono.
L'après-midi, grosse frayeur : le câble de dérailleur arrière ne répond plus. affraid
Je parcours 3km sur le 12 dents et atteint péniblement un Intersport qui se trouve sur la route. Le Mécano me change le câble dans la 1/2h. Petit test : ouf tout fonctionne.
Je ne suis pas le seul à avoir fait monter l'adrénaline, dans le parc je croise Germain qui a été victime d'une crevaison lente...

Jour J :
lever à 4h, petit déj rapide et au parc à vélo pour 5h.
L'impression d'être dans un film de science fiction : L'allée menant au parc à vélo étant à moitié éclairée et silencieuse avec quelques triathlètes de ci de là frontale à la tête et portant chacun une drôle de caisse.
Dans le parc, la délégation du TCT arrive ainsi que notre fan club et l'ambiance monte de suite.
Arrivé sur la plage, grosse ambiance et le départ est vite donné.
A la deuxième bouée, le jour commence à se lever et le premier tour de natation se passe bien. Au début du deuxième tour, je me retrouve dans les jambes de Victor. Nous faisons ainsi une bonne partie du 2° tour avant que je le perde de vue dans la l'interminable ligne droite d'arrivée.
Arrivé dans le parc, je retrouve avec plaisir Germain, Denis, Franck et Seb. Je vois passer Victor qui a fait une bonne natation et une transition rapide, puis Denis, Franck, Germain et moi suivant de peu. Grosse ambiance et gros pourcentages dans les premières rampes où les encouragements de nos supporters nous font du bien.Thomas-debut-velo.JPG
Je garde Franck et Germain en visu dans la montée de Puysanières et rattrape Franck au sommet, Germain étant en visu une dizaine de secondes devant. Je perds Germain de vue dans la descente vers Sainte Savine et tente de faire l'effort pour le revoir avant Baratier mais peine perdue.
Arrivé à Baratier énorme ambiance digne du tour de France : nous avons à peine la place de passer entre la foule de spectateurs en délire. Thomas-Baratier.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe en mode endurance sur la route des crêtes et la vallée du Guil et commence à me faire doubler par pas mal de triathlètes, mais tout va bien : pas de courbatures et contractures en vue, je m'alimente bois bien et préfère me préserver pour l'Izoard et la suite du parcours.
Arrivé au pied de l'Izoard le corps ne répond pas et je me retrouve planté à 8km/h, je me fait doubler par des brassées de triathlètes. Je prends mon mal en patience jusque Brunissard, mais malheureusement pas mieux : je reste collé à 8km/h jusqu'au sommet. Dans la vallée, nous prenons le vent de face jusque l'arrivée. Peu avant le Pallon, Mathieu me rattrape, il a l'air plutôt bien. Arrive Embrun et le Chalvet, long, interminable, mais on sait que le vélo est quasiment terminé : il suffit de prendre son mal en patience.
Mathieu fait une transition éclair et repart devant moi.
Galvanisé par les encouragements de la famille et des supporters, je pars à 12km/h, mais je me cale vite autour de 10km/h.
Dans la rue piétonne, l'ambiance est délirante, j'en ai les larmes aux yeux.
Je garde mon rythme sur le premier semi qui passe bien et rattrape Germain sur la ligne. La fatigue se fait sentir et ma moyenne descend de suite à 8km/h.
Gros coup de mou en bas de la descente d'Embrun où le corps le veut plus courir, je marche quelques mètres le temps de prendre un gel et boire un coup et me remet aussitôt à courir.
Baratier arrive, je sais que serai finisher, mais je ne dois pas marcher pour finir sous les 14h. Sur la digue, je n'arrive pas à accélérer contrairement à d'autres triathlètes qui me dépassent.
Pas grave, l'arrivée est proche et je tiens sous les 14h.
Dernier virage, c'est fait, les enfants sont là, grand sourire, pour m'accompagner dans la dernière ligne droite, c'est génial.

Félicitations à tous les torcéens : 100% finishers à Embrun, c'est très fort !
Et un grand merci à nos supporters sur le bord de la route. cheers cheers cheers

Thomas 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JML54 - dans TRIATHLON
commenter cet article

commentaires